Hazel Choo

Adams-Rib-3,xlarge.1438354386

 

EXHIBITION DATES: 12 September – 10 October 2015

VERNISSAGE: 12 September, 18H00 – 22H00

 

artéfact project space is delighted to announce an exhibition of works by Korean artist, Hazel Choo. Entitled ‘Not Here’, this is Choo’s first solo exhibition in Paris.

Choo is currently studying fine art at UCLA and specializes in photography. ‘Not Here’ marks an important departure from her photographic based works and comprises a multimedia installation that addresses her considerations on the emotional and political tension between North and South Korea.

Despite having been born and raised in Seoul, South Korea, Choo did not feel personally implicated in the troubled history of Korea’s division until she moved away to Los Angeles in 2008. In the summer of 2014, she returned home and paid a special visit to the DMZ – the demilitarized zone on the border of North and South Korea. Choo was greatly affected by the physical presence of this border. It was this experience that motivated her to discuss this issue in a visual art context. This experimentation with new media and politically charged subject matter is a defining step in Choo’s career as an artist.

The artist makes use of audio, performative actions and enigmatic imagery to place the viewer in a position to think critically about the current political situation in this divided nation and it’s effect on daily life. Alongside two works based on this topic, Choo recounts a family story to address Gendercide – a banned practice in South Korea, yet still an ongoing problem in many parts of the world, including India and China. ‘Not Here’, raw and unabashed, offers insight into Choo’s worldview as a Korean citizen, female, artist and expatriate.

 —

artéfact project space est très heureux de vous présenter l’artiste Sud-Coréenne, Hazel Choo.

L’exposition, Intitulée ‘Not Here’, est sa première exposition à Paris. Choo est étudiante à UCLA (Université de Californie, Los Angeles) et s’est spécialisée en photographie. Cette exposition marque un tournant majeur dans son travail, car jusqu’alors basé sur des œuvres photographiques, il comprend désormais l’installation et l’art vidéo qui adresse ses réflexions personnelles sur la tension entre la Corée du Nord et la Corée du Sud.

 Malgré d’avoir été nait et eleve à Séoul, Corée du Sud, Choo ne se sentait pas personnellement impliquée dans l’histoire troublante de la division de la Corée jusqu’à ce qu’elle se soit éloignée à Los Angeles en 2008. À l’été 2014, elle est rentrée chez elle et a effectuée une visite spéciale à la DMZ – la zone démilitarisée à la frontière de la Corée du Nord et Corée du Sud. Choo a été énormément affectée par la présence physique de cette frontière. C’est cette expérience qui l’a motivée à traiter de ce problème par le moyen de l’installation et de la vidéo. Cette expérimentation avec des nouveaux médias et un sujet politiquement chargé est une étape fondamentale de la carrière artistique de Choo.

L’artiste emploie de l’audio, des actions performatives et de l’imagerie énigmatique en plaçant le spectateur dans une position qui reflète un œil critique sur la situation politique actuelle dans ce pays divisé et son effet sur ​​la vie quotidienne. Aux côtés de deux œuvres basées sur ce sujet, Choo raconte une histoire de famille pour répondre à Gendercide – une pratique interdite en Corée du Sud, mais encore un problème récurrent dans de nombreuses parties du monde, y compris l’Inde et la Chine. ‘Not Here’, brut et consciencieux, offre un aperçu de la vision du monde de Choo comme citoyenne coréenne, femme, artiste et expatriée.

 

Leave a Reply