Sandrine Elberg

PHOTOGRAPHIE DE SANDRINE ELBERG

SANDRINE ELBERG  |  YUKI-ONNA 雪女  | 7 Avril – 28 Mai 2017

VERNISSAGE : 7 Avril, 18h  – 21h

Le travail photographique de Sandrine Elberg mêle recherche identitaire et exploration formelle. L’artiste livre des images ambivalentes issues de territoires hostiles et improbables liées à notre imaginaire collectif. Parée d’un masque de jeune fille Shakumi du théâtre Nô, elle incarne le personnage Yuki-Onna et nous invite à la rêverie et la contemplation. Yuki-Onna est un personnage de folklore japonais, c’est la femme des neiges. C’est un Yokaï, un esprit ou un fantôme qui apparaît la nuit dans les régions où il neige abondamment. Elle est décrite de différentes manières, tantôt comme une femme immense mais elle peut aussi incarner un paysage enneigé. Elle est la personnification de l’hiver et en particulier des tempêtes de neige. Yuki-Onna représente la dualité de l’hiver, de sa beauté lisse et froide née également la violence et la cruauté des tempêtes.

Une part considérable du travail de l’artiste Sandrine Elberg consiste à intervenir sur ses images qu’elle nomme ses archives photographiques.

Une fois la photographie choisie, l’artiste commence un travail méticuleux mêlant des interventions sur le négatif même par réaction chimique voir thermique. Elle joue avec l’altérité des matrices soit en positif, soit en négatif comme support de création. Influencée par les surréalistes, elle crée sciemment des photogrammes et des images solarisées. Autant de manipulations qui exigent de la patience dans la chambre noire et un dévouement total au médium. La précision et la poésie de ces gestes n’enlèvent rien à la violence et la destruction faite aux images et à leurs supports. L’image altérée devient l’image sublimée.

Dans le cadre de ses deux expositions personnelles, Sandrine Elberg a réalisé deux coffrets de 20 photographies originales numérotées et signées.   Coffret dans une boîte aluminium limité à 25 exemplaires chacun. 

Sandrine Elberg est photographe et plasticienne.

Vit et travaille à Paris et Issy les moulineaux.

Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris.

En 2004, Sandrine Elberg a été lauréate du programme de résidence AFAA/Ville de Paris et Maison de la photographie à Moscou pour son projet « Devenir Russe ». L’artiste reviendra souvent en Russie puisqu’une grande partie de son travail photographique lui a été consacrée. Ce travail intimiste lié à une quête identitaire sur les origines de son nom patronymique fut primé à plusieurs reprises notamment par Arte Actions culturelles, Les rencontres photographiques du 10e, Canon et le monde de l’image.

En 2013, l’obtention d’un atelier d’artiste va apporter de nouvelles perspectives de création. Elle y installe sa chambre noire comme nouveau territoire de jeux et d’expérimentations.

Désormais, elle utilise ses archives argentiques noir et blanc comme monument aux morts de la photographie. Elle entreprend un travail mêlant photographies numériques, photogrammes et chimigrammes. L’usage du médium argentique et de son développement chimique et les nombreux intermédiaires liés au processus de création donne à l’oeuvre un statut unique.

www.sandrine-elberg.com

(IMAGES © Sandrine Elberg)